Premières caresses

Premières caresses est la suite de La rencontre


Me voilà assis en face de toi. Mes yeux sont ceux d’un enfant devant la vitrine d’un magasin de jouets. Plein de désirs, d’envie de jouer avec ce nouveau jouet. Une goutte de sueur descend le long de ma nuque, longeant ma colonne vertébrale, signe que mon corps est en ébullition.

Je n’ai pas vu le barman arriver. Il semble te parler, puis se tourne vers moi.

– Un café, s’il vous plait, dis-je. Je ne sais même pas ce que tu as commandé.

Ma main droite est posée sur la table tout comme la tienne. Une bonne dizaine de centimètres les séparent. C’est si loin et si proche à la fois, j’aimerais déjà prendre cette main dans la mienne. Ta peau semble si douce, mais je dois me contenter du sens de la vue… Nous échangeons de brèves banalités sur notre travail, en esquivant le sujet de nos conjoints respectifs ; puis je me décide à dévier la conversation vers ce que je veux : Toi.

« Tu sais, tout à l’heure, je t’ai observé de l’autre côté de la rue quand tu attendais pour traverser. Franchement, je me suis dit « Waouh ! » si c’est elle j’aurais vraiment de la chance, car elle est très jolie, mais qu’une fille comme toi ne peut pas s’intéresser à moi »

– Je me suis fait la même remarque !, dit-elle

Et là, le contact de nos doigts se fait. Mes sentiments, mon sang se glace, tandis que ma peau est brûlante. Mon esprit se remplit de culpabilité. Tu es si belle, si jolie. Les frissons parcourent tout mon corps et maintenant ma main emprisonne la tienne, afin que tu ne puisses t’échapper.

Après de longues minutes à se regarder dans le blanc des yeux , tout en se caressant les mains, nous reprenons notre conversation.

– Tu sais, je n’ai pas l’habitude de ce genre de site, reprend Hortense comme pour se donner bonne conscience.
– Moi non plus, mais j’aime tous les plaisirs ; les donner et les recevoir.

Ton visage s’illumine et ta main remonte le long de mon avant-bras. J’avais retroussé les manches de ma chemise, mettant en valeur mes avant-bras musclés. Je sens que cette caresse te procure du plaisir. Sous la table, nos jambes dansent à l’unisson, tel une danse de séduction.

– Tu dois peut être partir ?
– Non je suis bien là, répond Hortense en me regardant droit dans les yeux
– Tu vas peut être trouver ma proposition indécente, mais j’habite à 5 minutes d’ici en voiture
– Ah……oui ?, s’en suit alors un grand blanc
– Je dois être rentrée chez moi pour 19h30.

Je m’empresse de séparer nos mains afin de payer l’addition.

– On y va ?, dit-je en me levant de ma chaise
– Je te suis »

Nous baisernous dirigeons vers la voiture. Tout en marchant, nos corps se frottent, cherchant l’un et l’autre le plaisir de la chair. Je t’ouvre la portière côté passager. Te voilà dans l’entrebâillement de celle-ci, nos visages sont si proches que tu y déposes un furtif baiser… C’est le premier, celui que l’on souhaite, tout en espérant déjà les prochains. Une fois assis à ma place de conducteur, je te regarde dans
le blanc des yeux et nos lèvres se rapprochent afin d’échanger un long baiser où nos langues reprennent la danse interrompue de nos jambes. Ma main parcoure ta nuque tandis que tu me caresses l’avant-bras.

Nos langues finissent le bal, et je démarre la voiture pour nous diriger vers mon appartement…

Tu es assise à mes côtés, ta jupe laissant apparaître tes genoux recouverts d’un collant. Je me surprends à caresser ton genoux, ce qui te fait écarter légèrement les jambes laissant présager que nous allons passer un bon moment……

Ecrit par Marc

No votes yet.
Please wait...

This article has 1 comment

Laisser un commentaire