Ma maîtresse

Chapitre 1 – La rencontre

Me voilà sur ce site de rencontre extra-conjugale. Je regarde les différentes fiches sans savoir ce que je recherche exactement, si ce n’est peut-être retrouver mon plaisir personnel. Il y a bien longtemps qu’il ne se passe plus rien avec ma femme.

Allez je vais contacter Hortense. J’ouvre le tchat.

– Bonjour Hortense
– Bonjour
– Je m’appelle Marc
– Enchantée Marc

Ne sachant comment poursuivre cette conversation, j’enchaîne directement par : « Que cherches-tu ici ? »
– Rien de particulier, je n’aime pas le virtuel…
– C’est difficile pour moi aussi, le virtuel. Comment es tu physiquement ?

Marie répond qu’elle est une jeune femme blonde, mince, d’environ 1m60. En retour, elle me demande immédiatement de me décrire. Je reste aussi évasif qu’elle : « Je suis brun, mince et je mesure 1m75 ».

Mon attirance se porte sur les femmes ayant du charme. Ma tête s’affole, puis-je déjà lui proposer de prendre un café ? Et si, elle n’était pas mon type ? Je ne suis pas un habitué de ces sites de rencontres, j’hésite … Après tout, cela ne me coûtera pas grand-chose, au mieux de faire une belle rencontre, au pire de connaitre une nouvelle personne.

Je prend mon courage à deux mains et lance l’invitation :
– Puis je t’inviter à prendre un café ?
– Je ne sais pas
S’entends la jeune femme indécise, je ne la laisse pas réfléchir et répond directement :
– Ce soir vers 17H ?
– Pourquoi pas mais pas longtemps.
– Je te propose que l’on se retrouve place de la République. Je porterai une chemise bleue.
– D’accord, moi j’aurai un foulard rouge

Il est 14h30. L’excitation et la peur commencent à se propager dans mon corps. Vais-je être à son goût ? Va t-elle me plaire ?

16h30. Il est temps que je parte pour le lieu du rendez-vous. En partant du bureau, je passe au toilette pour m’apprêter. Je me recoiffe rapidement, m’asperge d’eau de toilette et remonte le col de ma chemise. Autant mettre tous les atouts de mon coté. Une fois en voiture, je me décide à me garer directement sur la place.

J’arrive 5 min avant l’heure convenue. En me garant, je regarde déjà si je la vois. C’est une petite place où une vingtaine de voitures téléchargement (5)peuvent se garer. Elle est déserte, je ne remarque aucune femme semblant attendre quelqu’un. En revanche, elle est traversée par de nombreuses personnes, seules ou en groupe. Une fois descendu de voiture, je parcours cette place doucement, mon regard s’attarde sur les femmes seules mais aucune ne semble me porter attention, certaines portent pourtant un foulard rouge.

Mes yeux scrutent aussi les personnes qui arrivent de l’autre côté du boulevard, et des rues passagères aux alentours de la place. Là, mon regard se pose sur une jeune femme blonde, pas très grande, qui attends pour traverser.

Waouh, quel charme ! Mon esprit est divisé entre, d’un côté, le fait que ce n’est peut être pas une fille aussi jolie que j’attends, et de l’autre, le fait que pour une fois la chance me sourit. Le feu piéton passe au vert, elle traverse et son regard se pose sur moi. Son visage semble s’illuminer, tandis qu’elle se dirige vers moi.

Elle est comme elle a dit, petite, mais un charme et une beauté supérieure à mes espérances.

 – Marc ?

Je suis sur mon petit nuage, et les mots sortent sans réfléchir : « Oui. Marie je suppose »
Tout en me faisant la bise, elle poursuit : « Enchantée de te rencontrer »
– Je connaît un bar sympa à deux pas d’ici. On y va ?
– Avec plaisir.

Nous marchons l’un a côté de l’autre. Je connais un peu ce bar, la lumière y est tamisée et il y a des tables isolées. L’endroit idéal pour faire connaissance.

Elle rentre la première et se dirige vers le fond de la salle.

– Cette table te convient ?
– Oui c’est très bien.

Malgré que l’on soit en mai et la température un peu fraîche de la saison, elle déroule l’écharpe qui entoure son cou, laissant apparaître une peau blanche, où je dois dire que j’y déposerais bien un baiser…

Chapitre 2 – Premières caresses

Me voilà assis en face de toi. Mes yeux sont ceux d’un enfant devant la vitrine d’un magasin de jouets. Plein de désirs, d’envie de jouer avec ce nouveau jouet. Une goutte de sueur descend le long de ma nuque, longeant ma colonne vertébrale, signe que mon corps est en ébullition.

Je n’ai pas vu le barman arriver. Il semble te parler, puis se tourne vers moi.

– Un café, s’il vous plait, dis-je. Je ne sais même pas ce que tu as commandé.

Ma main droite est posée sur la table tout comme la tienne. Une bonne dizaine de centimètres les séparent. C’est si loin et si proche à la fois, j’aimerais déjà prendre cette main dans la mienne. Ta peau semble si douce, mais je dois me contenter du sens de la vue… Nous échangeons de brèves banalités sur notre travail, en esquivant le sujet de nos conjoints respectifs ; puis je me décide à dévier la conversation vers ce que je veux : Toi.

« Tu sais, tout à l’heure, je t’ai observé de l’autre côté de la rue quand tu attendais pour traverser. Franchement, je me suis dit « Waouh ! » si c’est elle j’aurais vraiment de la chance, car elle est très jolie, mais qu’une fille comme toi ne peut pas s’intéresser à moi »

– Je me suis fait la même remarque !, dit-elle

Et là, le contact de nos doigts se fait. Mes sentiments, mon sang se glace, tandis que ma peau est brûlante. Mon esprit se remplit de culpabilité. Tu es si belle, si jolie. Les frissons parcourent tout mon corps et maintenant ma main emprisonne la tienne, afin que tu ne puisses t’échapper.

Après de longues minutes à se regarder dans le blanc des yeux , tout en se caressant les mains, nous reprenons notre conversation.

– Tu sais, je n’ai pas l’habitude de ce genre de site, reprend Hortense comme pour se donner bonne conscience.
– Moi non plus, mais j’aime tous les plaisirs ; les donner et les recevoir.

Ton visage s’illumine et ta main remonte le long de mon avant-bras. J’avais retroussé les manches de ma chemise, mettant en valeur mes avant-bras musclés. Je sens que cette caresse te procure du plaisir. Sous la table, nos jambes dansent à l’unisson, tel une danse de séduction.

– Tu dois peut être partir ?
– Non je suis bien là, répond Hortense en me regardant droit dans les yeux
– Tu vas peut être trouver ma proposition indécente, mais j’habite à 5 minutes d’ici en voiture
– Ah……oui ?, s’en suit alors un grand blanc
– Je dois être rentrée chez moi pour 19h30.

Je m’empresse de séparer nos mains afin de payer l’addition.

– On y va ?, dit-je en me levant de ma chaise
– Je te suis »

Nous baisernous dirigeons vers la voiture. Et, tout en marchant, nos corps se frottent, cherchant l’un et l’autre le plaisir de la chair. Je t’ouvre la portière côté passager. Te voilà dans l’entrebâillement de celle-ci, nos visages sont si proches que tu y déposes un furtif baiser… C’est le premier, celui que l’on souhaite, tout en espérant déjà les prochains. Une fois assis à ma place de conducteur, je te regarde dans
le blanc des yeux et nos lèvres se rapprochent afin d’échanger un long baiser où nos langues reprennent la danse interrompue de nos jambes. Ma main parcoure ta nuque tandis que tu me caresses l’avant-bras.

Nos langues finissent le bal, et je démarre la voiture pour nous diriger vers mon appartement…

Tu es assise à mes côtés, ta jupe laissant apparaître tes genoux recouverts d’un collant. Je me surprends à caresser ton genoux, ce qui te fait écarter légèrement les jambes laissant présager que nous allons passer un bon moment……

 

Ecrit par Marc

Rating: 4.3. From 2 votes.
Please wait...

This article has 2 comments

    • Histoire de plaisir Reply

      Oui il va y avoir une suite. Elle s’écrit d’ailleurs tous les jours puisqu’il s’agit d’une histoire vrai

Laisser un commentaire