Histoire de mâles

Ma vie a basculé cette soirée là !

Ma femme était allée chez ses parents pour 2 semaines et j’étais donc seul. Un ami m’a parlé d’une soirée organisée dans un bar et je m’y suis rendu n’ayant rien d’autre à faire, sinon regarder un navet à la télévision. Au cours de la soirée, j’ai constaté que c’était une de ces soirées très banales où on s’emmerde copieusement. Lorsqu’un homme d’une soixantaine d’année m’a demandé si je m’amusais, je lui ai répondu que non. Il m’a invité à boire un verre ailleurs et j’ai accepté. Une fois sortis, il me dit qu’il ne connait pas d’endroits très sympas dans ce quartier et il me proposa d’aller chez lui. Il n’habitait pas très loin alors je l’ai suivi car je n’avais pas trop envie de rentrer chez moi. J’étais, je l’avoue, un peu démoralisé de l’absence de ma femme.

Arrivés chez lui, il m’offrit un verre et nous avons parlé de banalités alors je recommençais à m’emmerder. Mais, la discussion dévia sur le sexe et il me proposa de mettre un film porno. Sans réfléchir, comme un automate, je lui ai dit d’accord, mon regard restait dans le vide et ne voyait pas ce qui se passait sur l’écran. Lorsqu’il me dit : « On serait mieux à poils, je veux te déshabiller ». Je lui ai dit juste : « Ok » sans penser à ce qu’il venait de dire. Alors lorsqu’il a commencé à enlever mes habits, je l’ai laissé faire, puis une fois nu, il m’a caressé le torse. C’est alors que je suis revenu à la réalité, mais je le laissais faire, car mon corps tout entier était parcouru de frissons d’un plaisir inconnu, très vite je me suis mis à émettre de petits gémissements. Ses mains parcouraient maintenant tout mon corps, en s’attardant sur mes fesses, mon sexe et titillaient mes tétons. Le plaisir que je ressentais était tellement bon, que je gémissais de plus en plus.

Il me dit qu’il habitait avec un ami et lorsqu’il rentrera il voudra participer, je lui ai dit en toute conscience à ce moment : « C’est la première fois pour moi avec un homme et c’est trop bon, alors je ferais tout ce que vous voudrez, et j’aimerais que vous me soumettiez pour me dépuceler la bouche et le cul ». A peine avais-je fini de parler que je me suis moi-même étonné de ce que je venais de dire. Moi qui avais toujours critiqué les homos, je venais de demander à un homme de me baiser, et en y pensant, le plaisir augmenta. Entre temps, il s’est mis nu également et pris ma main pour la poser sur son sexe en me disant : « Branle moi ! ». Et je l’ai fait, il avait arrêté de me toucher et se laissait faire, je ressentit en moi un plaisir encore plus grand, encore inconnu, et d’une telle intensité, que je m’appliquais.

Lorsqu’il appuya sur mes épaules pour que je me mette à genoux, je n’ai opposé aucune résistance. « Maintenant tu vas me sucer salope » m’ordonna t-il. Je me suis exécuté, et le plaisir augmenta encore, je ne voulais plus lâcher cette queue, je ne voulais plus qu’elle quitte ma bouche. C’était tellement bon que j’étais au bord de la jouissance, et plus je l’entendais dire que j’étais une salope, plus il me donnait de conseils pour le sucer, plus j’en voulais. Il s’enfonçait profondément dans ma bouche, et lorsqu’il avait son gland qui entrait dans ma gorge, une envie de vomir montait, et il se retirait rapidement et le plaisir montait. J’étais là accroupi, en train de le sucer lorsque la porte s’ouvrit, et moi je n’arrêtais pas de sucer cette bite, même lorsque son colocataire dit : ‘Tu as trouvé une pute pour nous satisfaire cette nuit ».

Le plaisir augmenta encore, je ne me rendais pas compte de ce que je faisais, mais le plaisir est tel que je ne voulais pas lâcher cette bite, et lorsque le second mec se mit devant ma bouche, je me suis mis a passer d’une queue à l’autre. Puis un des deux hommes c’est mis derrière moi et à commencer à me doigter ma petite rondelle. Ce fut encore meilleure, une bite dans la bouche et un doigt dans mon cul. Je montais au sommet du plaisir, enfin c’est ce que je croyais à ce moment là, mais j’en étais encore bien loin.

Je l’ai constaté après quelques minutes quand un second doigt força mon cul … et un troisième … et je me mis à jouir une nouvelle fois. Je ne savais pas que j’étais encore très loin du sommet du vrai plaisir, cela faisait bien une dizaine de minutes que je me faisais doigter le cul par 3 doigts et que je suçais en même temps une belle bite lorsque que je sentis les doigts sortir de mon cul, j’ai alors crié : « NON, j’en veut encore ».

J’ai senti un gland se poser et pousser contre ma rondelle. J’ai alors crié : « OUIIIIIIII défoncez-moi ». Une voix dit « Je vais y aller avec douceur, pour te dépuceler, petite salope ». J’ai répondu : « Merci, mais surtout continuer, je veux être une salope ». Une fois entré dans mon cul, je gardais l’autre sexe dans ma bouche, mais ne suçais plus car la douleur était forte. Arrivé bien au fond, il ne bougea plus pendant quelques secondes, et lorsqu’il commença un très lent va et vient, la douleur fit place progressivement au plaisir, alors je me remis à sucer l’autre queue et je gémissais malgré ma bouche pleine. Comme une salope qui prend son pied, je jouis encore une fois. Le rythme imposé par celui qui m’enculait, me faisait faire les va et vient sur la bite que je suçais, et il accéléra, mon plaisir montait encore, et lorsqu’ils jouirent ensemble, un au fond de mon cul et l’autre au fond de ma bouche, je jouis encore une fois, et comme celui que je suçais m’ordonna : « Avale tout salope ».

J’étais épuisé, dans un autre monde. Après un instant, je me suis jeté sur les bites pour les lécher, ils étaient tous les deux dans un état second et se laissaient faire. Mais peu de temps après, ils me repoussèrent, puis ils m’ont attaché en croix sur le lit et ils sont sortis. Je restais seul dans cet appartement ; il était, d’après l’horloge sur le mur, 00h30.

Ils revinrent vers 2 heures 30. Ils n’étaient pas seuls d’après les voix venant du salon, rien que de penser qu’ils allaient peut-être me forcer à m’occuper des autres personnes qui étaient avec eux, me fit bander. Je ne m’étais pas tromper, peu avant 3 heures, ils entrèrent dans la chambre, et dire « Voilà la salope, elle était pucelle il y a à peine 5 heures et elle en veut encore, allez salope dit que tu en veux encore ». Et j’ai confirmé.

Il était maintenant six autour du lit. Il se dévêtir tous et commencèrent à se branler autour de moi. Je bandais déjà de devenir le soumis de ces hommes. L’un d’eux s’est assis sur le lit pour me présenter son sexe bien dur. J’ouvre grand la bouche et le laisse me pénétrer. Il enfourne son sexe en faisant des mouvements au-dessus de moi avec son bassin. Après quelques minutes, j’ai senti sa queue qui se raidissait de plus belle, et là j’ai senti son sperme chaud couler dans ma bouche. Il m’a ordonné de tout avaler et un autre mec est venu prendre sa place, pendant que les autres continuait à se masturber autour du lit. Celui qui venait d’éjaculer commençait à me malaxer les testicules puis à me branler.

Puis on me détacha pour me mettre en levrette, je sentais des mains me toucher, écarter mes fesses, me masturber. J’étais là, offert à tous ces mecs, je ne maîtrisais plus rien, en total abandon, ma jouissance résonnant dans la pièce. L’un des hommes m’enfonça directement deux doigts dans le cul en me claquant les fesses. J’étais très excité, mais pas encore habitué à la pénétration anale. Un douleur, mêlée à des frissons de plaisir, parcoura mon corps. Puis un troisième doigt me pénétra, avant que l’homme tende la main pour que je suce les doigts qui avaient fourrés mon intimité. « Tu sais que tu es totalement à nous ? » me demanda t-il. Ne répondant pas de suite, il me pénétra d’un coup avec son gros pénis bien épais. Alors j’ai crié « OUI je suis votre salope ! ». Il me baisait alors avec des va-et-vient rapides et profonds. Je sentais ses couilles claquer contre mon cul…

La douleur de la pénétration avait disparu pour faire place à des vagues de plaisir, je gémissais … Il me possédait et le confirma en me tenant par les cheveux en me baisant le trou afin que je me cambre plus. Un autre homme vint mettre son sexe dans ma bouche, pendant qu’un autre me branlait. Rapidement, mon corps se mit à trembler, il me fit rapidement éjaculer dans sa main et me fit manger mon sperme et lécher ses doigts… Quelle satisfaction et quelle jouissance ! J’étais devenu une vraie salope et cela me plaisait… J’ai joui comme jamais d’un si fort orgasme.

Mon dominateur se baissa et me dit dans l’oreille : « Hummm, quel cul ! Je vais te le remplir, me vider dedans » alors que je sentais sa respiration aller plus vite et ses contractions dans mon anus. A chacun de ses mouvements, je sentais son sperme chaud m’inonder, m’envahir. Puis il ne bougea plus mais me laissa faire des va-et-vient sur sa belle tige encore bien raide.

Mais ils n’avaient pas tous jouis et donc n’en avaient pas fini avec moi. J’étais épuisé par tout ce plaisir ressenti, mais prêt à être encore leur salope. L’un des hommes s’allongea sur le dos en travers du lit, puis il releva son sexe large et bien dur qui se dressait fièrement. Il m’ordonna de m’empaler dessus. Malgré la taille de sa queue, celle-ci coulissait facilement, mon anus étant tellement dilaté. Mais c’était sans compter qu’une deuxième tentait de me pénétrer en même temps. Le gland de l’homme me penétra et je ressentis une vive douleur lorsque sa queue rejoignit celle de son comparse. Je ne vous dis pas comment ils m’ont explosé le cul. Ils m’ont limé au moins cinq minutes, puis ils ont joui dans mon cul en même temps. J’avais le cul totalement dilaté. Ensuite, ils m’ont mis à genoux pour que je les suce et ainsi j’ai récolté leur dernières gouttes de nectar.

Ils sont tous sortis de la chambre et l’un des hommes m’a lancé mes vêtements afin que je m’habille. Je suis sorti de la chambre comme titubant encore de ce plaisir ressenti, j’avais aussi du mal à marcher tellement j’avais l’œillet en feu. Les six hommes me regardaient en souriant, certains me faisaient des clins d’œil. J’ai quitté cet appartement pour rejoindre le mien en me disant qu’il y aura d’autres expériences gays à venir !

Ecrit par Romuald G.

Rating: 4.0. From 4 votes.
Please wait...

Laisser un commentaire