Désir incontrôlable

Comme tous les samedis, je rends visite à mon meilleur ami, ensuite on mange ensemble avant de rejoindre notre bande d’amis pour aller boire un verre et finir la soirée en boite. Lui et moi sommes très proches, mais depuis tellement longtemps qu’il n’y a pas de jeu de séduction entre nous. C’est une vraie amitié mec-nana.

Au bar, on s’installe sur une banquette, l’un a côté de l’autre, nos amis nous rejoignent. La soirée est extra, on délire bien. Un de nos sujets préféré revient sur le tapis : le sexe. Une amie commence à demander à Ben (mon pote) s’il a déjà fantasmé sur moi. La question est selon moi vraiment ridicule. et je le regarde d’un air malicieux. Depuis le temps, ils devraient savoir qu’entre lui et moi c’est presque fraternel. Quand il répond : « Oui, plus d’une fois », je crois qu’à ce moment-là, je n’ai pas tout compris. Alors que tout le monde était mort de rire, je me secouais la tête : « Il doit sûrement raconter des conneries une fois de plus ». Pourtant, juste après sa réponse, j’ai senti une main caresser ma cuisse par dessus ma jupe. Ben !

Sans un regard pour moi, sa main passe sous le tissus et ses caresses se font plus insistantes. Au même moment, nos amis le harcèlent de questions : « Ah tu vois !!!! On s’en doutait, et est ce que ça arrive souvent ? »

– Dès que je la vois, que je suis couché, que je prends une douche, que je pense à elle.

Nos amis doivent penser qu’il fait de l’ironie, cela se voit à la façon dont il sourit. J’attrape cette main baladeuse fermement. De son doigts il esquisse un point d’interrogation. Ma tête devait être amusante car lorsque nos regards se croisèrent et il eut un sourire. Il profita de ce moment pour reposer sa main sur ma cuisse, ses doigts remontant lentement le long. J’essaie de paraître naturelle devant nos amis, de rester calme. Pourtant je sens que je tremble, que je commence à avoir chaud.

On passe une commande au serveur, je crois qu’un grand DBK bien frais me fera du bien. Et me remettra les idées en place. Il est pourtant difficile d’ignorer cette main qui d’ailleurs n’est plus sur ma cuisse mais beaucoup plus haut. Il a rencontré le bas de mon shorty. J’ai toujours pensé que les shorty était plus sensuels que les strings. Il joue avec le tissus. Le serveur arrive en nous apportant nos boissons. Son regard se pose sur moi, puis il voit la main de Ben. Je surprends son regard lubrique, d’habitude je joue avec les hommes comme ça, mais le tournant que prends ma relation avec Ben m’en empêche. Et il le sait, il me connaît bien, il se penche vers moi et me demande : « Pourquoi tu ne fais pas comme d’habitude ? « .
Le serveur encaisse et jette un dernier regard sur la main de Ben, puis il remonte vers le décolleté.

A ce moment précis, je viens déboutonner un bouton de ma veste, puis une deuxième, laissant apercevoir la dentelle noir et blanche de mon soutien gorge ainsi que le haut de mes seins.
Le jeune serveur rougit, je laisse glisser ma main sur le haut de mes seins comme pour remettre en place mon collier mais mes doigts glissent sous la dentelle. Un frisson me parcourt, la main experte vient de frôler mon sexe. Pour la première fois, je viens de comprendre ce que tout ça signifie, lui que je prends comme un ami, presque un frère depuis des années souhaiterait davantage. Tandis que le serveur s’éloigne, en jetant des coups d’œils répétés dans notre direction, je bouge un peu sur la banquette de façon à ce que les doigts de mon ami appui davantage sur mon sexe.

Il se penche alors vers moi et me glisse à l’oreille : « Tu deviens raisonnable. Ca devait arriver un jour ou l’autre. » téléchargement (3)Je prends alors mon verre pour les apparences et aussi pour me rafraîchir. Je laisse échapper un léger gémissement quand deux doigts étrangers commencent à explorer mon intimité. Une de mes amies s’aperçoit alors de quelque chose car elle demande « Ca va lola ? Tu as l’air bizarre ? C’est le DBK qui passe pas ? » Je lui réponds rapidement que ce n’est rien, que ça doit être la chaleur. Il ne me regarde pas, il fait exprès de ne pas me regarder. Lui non plus ne participe plus à la conversation. Un léger coup d’œil me permet de comprendre pourquoi, une bosse d’une taille impressionnante est apparue au niveau de son entrejambe.

Je sens que la peur d’être prise en flagrant délit augmente ma jouissance et l’orgasme est vraiment tout près, c’est vraiment bon, j’en veux encore plus ! Les doigts s’agitent, ils sont de plus en rapides, précis, forts et brusquement me penchent en avant comme pour aller chercher quelque chose dans mon sac quand un orgasme me secoue.
Un orgasme puissant, profond, je me mors les lèvres, me griffe les bras pour ne pas crier.

Je sens que les doigts étrangers sont sortis de mon corps bouillonnant. Je m’excuse auprès de nos amis et me rends aux toilettes histoire de me remettre de mes émotions. Un peu d’eau sur le visage, je remets ma tenue en place, un peu de poudre pour cacher les rougeurs. Et je retourne à notre table en évitant de croiser son regard. Je finis mon verre sans aucun problème, quelques instants plus tard, on se lève pour aller en boite. Je décide de monter dans la voiture de Ben, on a quelques explications à se donner il me semble. Et il y a une chose que j’aimerais savoir : comment a t-il appris a donner un orgasme rien qu’avec ses doigts… Rien que d’y penser je sens mes tétons se durcirent.

Apparemment nous voyagerons seuls jusqu’à la boite, il y en a pour une vingtaine de minutes à tout casser. Il s’installe au volant, moi à côté. Il démarre.

– Je peux savoir ce qui se passe ?
– Il me semble que tu as aimé non ?
– C’est pas la question.. Je croyais que tout était clair entre nous. Ca m’a surprise.
– J’en avais envie depuis très longtemps. toi aussi, nous le savons tout les deux.

Estomaquée, je m’appuie contre le siège, il n’a pas tort. Mais il n’est pas dans mon tempérament de me laisser faire. Doucement je laisse ma main aller se poser sur sa cuisse. Je le sens trembler. « Lola… fais pas ça… ». Pourtant, je décroche ma ceinture afin de pouvoir m’approcher davantage de lui. Il commence à mettre le clignotant.

Je lui dit alors : « Si tu t’arrêtes de conduire, il ne se passera rien. Ni ce soir ni un autre, la seule chose que je t’autorise c’est de rouler plus doucement et de quitter la voie express. Sinon mon seul jouet de la soirée sera le levier de vitesse de la voiture ». Je le sens se raidir alors que ma main vient caresser son pénis par dessus le pantalon, de haut en bas, de façon de plus en appuyée, en appliquant de légères pressions par endroit. Son souffle s’accélère, il a quitté la quatre voie pour une petite route départementale peu empruntée. Je défais lentement le bouton du pantalon. Je glisse ma main et joue un instant avec le tissus du boxer, frôlant à peine les poils qui indiquent la direction à prendre .

D’un geste, je lui fais comprendre de se lever vite fait, le temps d’enlever cette barrière entre mes mains, ma bouche et son pénis qui a pris des proportions assez flatteuses.

Je l’entends qui murmure mon nom au rythme des va-et-vient que fait ma main. Je commence lentement, très lentement à imprimer le mouvement, puis le bout du pouce vient exciter le prépuce gorgé de sang. Le voir ainsi augmente mon propre plaisir. Par moment, je le vois fermer les yeux, puis les rouvrir d’un coup en tenant fermement le volant. Je décide que c’est le moment, je viens m’allonger sur lui, pour lécher son gland, donner des coups de langues le long de sa verge bien tendue, bien dure, excitante.

J’ai terriblement envie de me masturber, mais vu les circonstances, une chose à la fois. voiture 4Sa main gauche a quitté le volant pour se poser sur mes cheveux. C’est à ce moment là que je gobe la totalité de sa verge. J’aspire, je relâche, j’aspire profondément, la pression exercée doit lui plaire. Je ne pensais pas que son pénis pouvait encore prendre du volume. Pourtant, il prend toute la place dans ma bouche, presque jusqu’au fond de ma gorge.Sa main a quitté mes cheveux et trouvé mon décolleté, il pétrit avec habilité mon sein, excite le téton durci par l’attente du plaisir. Une première goutte de sperme m’indique que c’est pour bientôt. Le bras de Ben entoura précipitamment ma tête comme pour me protéger, puis un grand coup de frein se fit sentir.

Une fois la voiture arrêtée, il me prend violemment dans ses bras et fait basculer le siège. Il m’installe au-dessus de sa verge pour que je puisse m’empaler dessus. Il savait que l’amazone était ma position préférée ! Alors qu’il s’enfonce de plus en plus en moi, il arrache ma chemise et détache le soutien gorge qui retenait mes deux seins. Il les voit se balancer en même temps que mes hanches se balancent au dessus de lui. Je resserre son vagin contre son pénis. J’en peu plus, maintenant…. j’accélère le rythme et là c’est l’explosion, je sens son sperme éclater en moi, ses mains sur mes seins et l’orgasme qui me fait monter au 7e ciel, un cri coupe le silence de la nuit…

Ecrit par Natacha M.

Please wait...

Laisser un commentaire